sopraBelecChoquelle

Assurer le succès d’une usine de paiements du futur

Usine de paiement ? Le concept n’est pas nouveau. Mais dans un monde où paiement rime avec foisonnement et expérience client, il prend aujourd’hui une toute autre dimension. Si les usines ont par le passé été incontournables pour réduire les coûts grâce au traitement de gros volumes sur une infrastructure partagée, comment à l’heure du digital ces outils industriels servent-ils plus que jamais la compétitivité des banques ? Voyage au cœur des usines du futur.

bellec-et-choquelle-

Usine de paiement ? Le concept n’est pas nouveau. Mais dans un monde où paiement rime avec foisonnement et expérience client, il prend aujourd’hui une toute autre dimension. Si les usines ont par le passé été incontournables pour réduire les coûts grâce au traitement de gros volumes sur une infrastructure partagée, comment à l’heure du digital ces outils industriels servent-ils plus que jamais la compétitivité des banques ? Voyage au cœur des usines du futur.

Avec la mise en place d’usines de paiement, les banques cherchaient jusqu’alors à atteindre une masse critique de transactions pour améliorer la rentabilité, en mutualisant les moyens et applications non différenciantes. Avoir cette unique perspective serait aujourd’hui un handicap. Pour assurer le succès d’une usine de paiements du futur, d’autres considérations doivent entrer en ligne de compte, comme la possibilité de simplifier les processus ou d’innover, et pour cela disposer d’une capacité d’investissement renforcée. Normalisation, authentification, sécurisation, instantanéité … nombreux sont en effet les fronts sur lesquels il faut s’engager.

La clé : la mise en commun des ressources

Et alors que les budgets associés se chiffrent souvent par millions, il n’est pas toujours possible de les prévoir à l’avance. Face aux nouveaux entrants qui convoitent leurs clients, l’usine du futur est pour les banques l’opportunité d’accélérer le développement de nouveaux services qui répondent à chaque instant aux besoins du client : payer une facture, gérer ses plafonds, régler un achat en un clin d’œil, faciliter sa gestion de caisse, optimiser sa trésorerie…

Et pour accroître le potentiel d’innovation, la mise en commun des ressources de veille technologique est clé. Au service de ces objectifs, les nouveaux atouts de l’usine à l’ère digitale sont sa capacité à proposer une vision globale des paiements et une agilité décuplée dans la construction des offres, adaptée aux clients de chaque banque.

Vision globale ?

Fini le temps des filières étanches monétique et paiement. Place désormais au décloisonnement pour tirer le meilleur parti de ces deux univers : capitaliser sur les forces des différents instruments de paiement tout en favorisant les synergies entre eux chaque fois que possible. Avec à la clé, de nombreux avantages : pouvoir réutiliser tel ou tel composant ou mutualiser les nouveautés lorsque cela fait sens, par exemple biométrie, authentification ou initiation de paiement. Pouvoir aussi composer, recomposer, adapter et enrichir à l’envi des offres à partir d’un catalogue étendu, afin d’apporter au client valeur ajoutée et innovation.

Et pour des propositions encore plus rapides et alléchantes autour du paiement digital, l’architecture des paiements doit désormais être ouverte pour intégrer les services de partenaires de l’écosystème. Ainsi, instantanément lors d’un achat, on peut par exemple obtenir un crédit revolving, bénéficier automatiquement d’une réduction ou faire un don à une association. Fournisseur de la première usine multi-banques en France, Sopra Banking Software accompagne sur le long terme la mise en œuvre de telles architectures dans le domaine des paiements, basées sur des socles industriels et ouverts.

Usines de paiements, fabriques de services

N’en doutons pas, les usines de paiement du futur seront pour les banques des fabriques de services pour développer le paiement digital. Mais si attractive soit elle, cette promesse ne prendra véritablement effet que lorsque tous les défis de la mutualisation auront été relevés : performance, ouverture, internationalisation et vision globale du paiement.

La plate forme de flux de paiement d’Axway « Financial Integration » – présente au sein de plus de 30 banques ou établissement financiers – amène l’agilité, la sécurité et la performance nécessaire pour traiter automatiquement les demandes clients, appeler et exécuter les nouveaux services – internes ou externes – définis au sein de l’expérience client par les utilisateurs métiers.

Elle s’appuie :

  • sur une architecture tous canaux, tous protocole tous formats.
  • sur les données des contrats clients, et les produits définis par la Banque ou l’établissement financier.

Retour sur le dossier paiement complet : soprabanking.com/fr/paiements

A propos des experts

Anne_Choquelle_Usines-FuturANNE CHOQUELLE Directeur de Programme

Directeur de Programme chez Sopra Banking Software pour les grands comptes bancaires. Depuis 25 ans, Anne apporte son expertise aux banques françaises et étrangères dans le domaine de la monétique et des paiements, en alliant compétences métier et système d’information. Anne a participé à la création d‘une usine monétique et au développement du business à l’international pour un processeur.


VALÉRIE BELLEC Marketing Content ManagerValerie_Bellec_Usine_Futur

30 ans d’expérience dans le secteur bancaire (business development, consulting, offre & marketing), dans une banque, en cabinet conseil marketing puis en société de services informatiques, dont près de la moitié dans le domaine de la monétique et des paiements. Co-auteur du livre blanc publié avec l’EFMA ‘Banks faced with PSD2 : around payments and beyond, digital wallets and new services’

 

Lire les autres articles du dossier Paiements